Err

La parole est d'argent mais le silence est d'or
Blog

LE PAIEMENT DES FUTURES RETRAITES N'EST PAS ASSURÉ


Selon Olivier Delamarche, le système actuel des retraites ne tiendra pas. Dans les prochaines années, il y a aura plus de dépendants que d'actifs. Chaque actif devra cotiser pour plus d'une personne dépendante, ce qui n'est pas tenable.

 





Rédigé le  13 déc. 2018 12:59  -  Lien permanent
0 Commentaires  

C'EST LE MOMENT D'ACHETER DE L'OR.

C'EST LE MOMENT D'ACHETER DE L'OR. Ces dernières années ont été difficiles pour l’or. Malgré les injections massives de liquidités dans le système réalisées par les banques centrales, le cours de l’or coté en dollar continue de stagner. Seule la baisse de l’euro par rapport au dollar a permis aux investisseurs européens placé sur l’or de bénéficier d’une performance appréciable depuis 2014.DEPUIS 2014 L'OR S'EST APPRÉCIÉ DE 20 %. source goldbroker décembre 2018.
Rédigé le  11 déc. 2018 11:28  -  Lien permanent
0 Commentaires  

POURQUOI LA FRANCE VA FAIRE FAILLITE ?

POURQUOI LA FRANCE VA FAIRE FAILLITE ?

En 2012, Simone Wapler publie Pourquoi la France va faire faillite - Et ce que vous devez faire pour vous en sortir chez Ixelles éditions. Pour elle, les politiciens ont perdu le contrôle de la situation. Elle donne 4 critères qui permettent de prédire la faillite :

  • le ratio dette sur recette fiscale (plus utile que la ratio dette sur PIB, ce ratio est de 6,7 en 2011, c'est-à-dire qu'il faudrait 6,7 années de recette pour rembourser la dette ; en fait le ratio est proche de 25 si on inclut le "hors bilan" de l’État) ;
  • le creusement du déficit fiscal (la différence entre dépenses et recettes, rapportée aux recettes, soit plus de 29 % pour la France ; le seul remboursement des intérêts absorbe 16,8 % des recettes) ;
  • la pression fiscale déjà existante (la France a un record avec des dépenses publiques qui représentent 56 % du PIB) ;
  • le poids du secteur public dans l'économie (frein majeur à la croissance).

Politiquement, elle envisage trois scénarios pour la France :

  • sortie de l'euro et retour au franc (dévaluation d'au moins 25 %)
  • l'Allemagne sort de l'euro et la France reste dans un "euro du sud" (scénario peu probable, le retour au mark coûterait à l'Allemagne autant que sa réunification)
  • arrimage à l'Allemagne et rigueur "à la schlague" (scénario à la grecque, le plus probable)

Elle préconise un "kit de survie" individuel pour résister aux "deux ennemis" que sont l’État et l'inflation. Ses recommandations sont les suivantes :

  • diminuer sa "mauvaise dette" (les crédits à la consommation)
  • les achats à crédit pour se loger ne devaient être faits qu'à taux fixe (un crédit in fine ou un prêt lombard peuvent être valables)
  • diversifier ses sources de revenu (par exemple : vendre en viager)
  • garder une réserve de cash et/ou d'or
  • fractionner ses dépôts dans plusieurs banques
Rédigé le  6 déc. 2018 11:31  -  Lien permanent
0 Commentaires  

GILETS JAUNES : LA FRANCE SUR LA VOIE DE LA GRÈCE ?

GILETS JAUNES : LA FRANCE SUR LA VOIE DE LA GRÈCE ?

La révolte des "Gilets jaunes" ne se limite pas aux nouvelles taxes sur l’essence, elle vient de loin ; elle s’explique par une baisse régulière du pouvoir d’achat, par un étranglement progressif des salariés ayant de faibles revenus. Elle remonte en grande partie au début des années 2000, marquées par la hausse des matières premières et de l’immobilier, qui ont sérieusement entamé le revenu disponible. Cette détérioration n’a pas été perçue par l’INSEE et son indice des prix trafiqué,l’exaspération des ménages autant que l’aveuglement des responsables politiques. Est venue se rajouter une explosion des impôts et des taxes pesant sur les ménages depuis 2008. Celles sur le carburant ont finalement déclenché une fronde nationale.
La manifestation du 24 novembre sur les Champs-Elysées, les violences qui l’ont accompagnée, et qui sont essentiellement le fait de groupes extérieurs aux Gilets jaunes, ainsi que les milliers de barrages filtrants sur le territoire national, donnent l’image d’un pays en insurrection, ce qui n’est pas sans évoquer la crise grecque de 2010-2012.
Mais le scénario est différent, bien entendu : la Grèce a d’abord été confrontée au mur de la dette publique, avant de devoir s’engager dans une politique d’austérité, à destination des ménages essentiellement, tandis qu’en France, la situation pourrait prendre le chemin inverse : un appauvrissement des salariés conduit au fléchissement des recettes fiscales, ce qui entraîne une peur des marchés sur la dette française.
Dans les deux cas, précisons-le, le secteur public n’a pas beaucoup souffert. En France, les dépenses publiques n’ont jamais diminué, le nombre de fonctionnaires continue d’augmenter ; ce sont les ménages qui payent toujours plus d’impôts et de taxes pour permettre à l’État de boucler ses fins de mois et de rassurer les investisseurs sur la qualité de ses bons du Trésor.
Mais cela risque de changer, justement. La crise est profonde. L’État s’interdit toute marge de manœuvre en ne baissant pas drastiquement les dépenses publiques. La fronde va continuer. En janvier, le prélèvement à la source sera lancé, avec tous les risques de bugs possibles et imaginables, sans compter l’effet psychologique d’une feuille de paye amputée de l’impôt que l’on payait jusqu’ici plus tard. Viendra ensuite la réforme des retraites, un sujet hautement inflammable et qui réveillera les syndicats !
C’est la capacité à contenir les troubles et à maintenir le niveau des rentrées fiscales qui risque d’être bientôt mis en cause par les marchés. À l’heure où l’Italie revient à un projet de budget plus raisonnable, la France devient "l’homme malade de l’Europe"… L’air de rien, le service des études de la Banque Natixis montre que la France peut faire défaut sur sa dette parce que la pression fiscale atteint un maximum et qu’elle ne peut pas utiliser la planche à billets, la Banque de France ayant abandonné ce pouvoir à la Banque centrale européenne lors de la création de l’euro. Cette étude sonne comme un avertissement.
La France, future Grèce ? Bientôt le musée du Louvre vendu à un fonds d’investissement, comme les sites archéologiques des îles grecques ? Peut-être plus vite qu’on ne le pense.
Rédigé le  5 déc. 2018 23:10  -  Lien permanent
0 Commentaires  

LES BANQUES CENTRALES ACCÉLÈRENT LEURS ACHATS D'OR.

LES BANQUES CENTRALES ACCÉLÈRENT LEURS ACHATS D'OR.


Les Etats n'avaient pas accumulé autant de lingots depuis six ans. Certains profitent de la baisse du prix du métal pour diversifier leurs réserves, d'autres veulent «dédollariser».

Le plongeon du prix de l’or, au plus bas depuis plus d'un an, ne laisse pas les banques centrales indifférentes. La Pologne vient d'en acheter environ 9 tonnes en juillet et en août, selon les chiffres du Fonds monétaire international (FMI). C'est une première en vingt ans pour la Narodowy Bank Polski (NBP). Et la première fois qu'un pays de l'Union européenne acquiert autant d'or au XXI e siècle.

Rédigé le  3 déc. 2018 11:50  -  Lien permanent
0 Commentaires  

SIMONE WAPLER DANGER IMMINENT SUR LA ZONE EUROPE.

SIMONE WAPLER DANGER IMMINENT SUR LA ZONE EUROPE.

Êtes-vous certain de la solidité de votre banque?

En cas de crise bancaire grave, quelles garanties réelles avez-vous pour votre compte en banque ... vos dépôts ... vos livrets ?

Qu'en est-il de votre assurance-vie? Avez-vous signé ce contrat très dangereux ?

Vous devez avoir de l'or: que faut-il acheter et à quel prix ?

Avez-vous; du cash chez vous, et en quelle quantité?

source AGORA 
http://simonewapler.fr/

Rédigé le  30 nov. 2018 13:00  -  Lien permanent
0 Commentaires